Cycle de conférences

En 2017, l’IRES propose un cycle de 6 conférences présentant les mathématiques à l’interface avec d’autres disciplines.

Mercredi 11 janvier à l’université Paul Sabatier de Toulouse, amphi Einstein, bâtiment 3TP2
(organisée par la Régionale APMEP de Toulouse) :
14h30 Daniel Perrin
Toute la lumière sur l’affaire Van Meegerenhan-van-meegeren
Je raconterai la belle histoire de Van Meegeren et de ses faux Vermeer. Ce sera l’occasion de parler de datation, de radioactivité, d’équations différentielles (très simples) et de décroissance exponentielle et de discuter des difficultés de la modélisation et de son utilisation dans des classes. Ce sera aussi l’occasion de réfléchir sur le rôle des mathématiques dans la formation des citoyens.


Jeudi 2 février à l’université Paul Sabatier, amphi Schwartz, Institut de Mathématiques de Toulouse
10h30 Philippe Besse, Institut de Mathématiques de Toulouse
Analyse de grosses data et imbrications scientifiques, juridiques, éthiquesWord Cloud "Big Data"
Les mots clefs : big data analytics, machine learning, statistiques, algorithmes… envahissent régulièrement les média. Il s’agit, dans cet exposé, d’entrouvrir ces boîtes noires, d’en cerner les objectifs de prévision,  d’en comprendre les enjeux scientifiques et aussi sociétaux à partir de nombreux exemples. De la régression linéaire au deep learning, quelle capacité prédictive appliquée aux images, au langage, mais pas seulement ? Que devient la transparence d’une décision algorithmique ? Quelles implications éthiques en matière de discrimination ? Quelles sont les réponses (tardives) du législateur en France (Loi pour une « République numérique » du 7/10/2016) en en Europe (Règlement européen 2016/679 sur la circulation des données) ? Quels sont les problèmes qu’elles soulèvent ?

14h Pascal Noble, Institut de Mathématiques de Toulouse
Tsunamis, Vagues scélérates, Mascarets : une déferlante de mathstsunami
Les tsunamis, les vagues scélérates, les mascarets sont autant de manifestations de la propagation d’une onde à la surface d’un fluide. Les premières équations mathématiques pour les vagues ont plus de trois siècles et certains mathématiciens français ont joué un rôle prépondérant dans leur écriture: Navier, Boussinesq, Barré de Saint Venant. De par leur nature ondulatoire, les vagues partagent de grandes similarités avec phénomènes ondulatoires : ondes sonores, rayonnements électromagnétiques,… Dans cet exposé, je présenterai quelques exemples d’ondes dans les fluides et comment on peut les modéliser mathématiquement.


Vendredi 17 mars à l’université Paul Sabatier, amphi Einstein, bâtiment 3TP2
10h30 Manon Costa, Institut de Mathématiques de Toulouse
Quelques modèles pour comprendre la sélection naturelledarwin
Introduite par Darwin au XIXeme siècle, l’idée de sélection naturelle, donc de l’évolution temporelle des espèces, est aujourd’hui bien encrée dans les raisonnements scientifiques. En mathématiques de nombreux modèles ont été développés pour comprendre comment la variabilité des caractères individuels, le rôle des mutations et le hasard de la reproduction peuvent se combiner pour assurer l’évolution des espèces ? Dans cet exposé, je présenterai quelques exemples d’objets mathématiques qui permettent de prédire le futur d’une population (son extinction, sa diversité…) ou au contraire d’en connaître le passé biologique (l’ancêtre commun d’un groupe d’individus par exemple), puis je donnerai des exemples de recherches actuelles sur la modélisation probabiliste de la biodiversité.

14h Sébastien Maronne, Institut de Mathématiques de Toulouse
Mathématiques et métaphysique à l’Âge classique : Descartes, Pascal, Leibniz descartes
La tradition philosophique témoigne de nombreuses rencontres fécondes avec les mathématiques et les sciences, dès son commencement avec Platon et Aristote. Je me propose d’étudier comment, au dix-septième siècle, de grands auteurs mathématiciens et philosophes comme Descartes, Pascal et Leibniz ont posé puis traité des problèmes philosophiques en important des problèmes, des concepts et des méthodes provenant des mathématiques. Après avoir commenté le Discours de la Méthode et La Géométrie de Descartes, je présenterai l’argument du pari de Pascal qu’on retrouve exposé dans Les Pensées, puis je terminerai par le Discours de Métaphysique de Leibniz.


Mercredi 26 avril à l’université Paul Sabatier, amphi Schwartz, Institut de Mathématiques de Toulouse
15h Clément Sire, Laboratoire de Physique Théorique, CNRS & Université Paul Sabatier
La physique de la sociétébancs
Après la matière inanimée, puis la « biophysique », la physique applique désormais ses méthodes et outils aux groupes humains et animaux. Sa puissance explicative et prédictive, en particulier grâce à l’outil mathématique de la physique théorique, permet la compréhension de problèmes complexes : mouvements collectifs, prises de décisions et estimations collectives (formation spontanée de files de piétons, bancs de poissons, trafic routier, phénomènes de synchronisation, la « sagesse des foules »…), réseaux complexes (Internet, commerce, transport, sociaux…), marchés financiers (« écono-physique »), systèmes compétitifs (championnats sportifs, tournois de poker…), émergence des nouvelles idées, technologies, modes… et prénoms ! Cette conférence donnera un aperçu abordable pour tous de cette nouvelle physique de la société.